quettreville sur sienne

 

Tranquille au bord de l'eau


"Sur Sienne", près de la mer


La commune de Quettreville sur Sienne se situe sur l'axe

 

routier Coutances-Granville.


Mais attention, n'imaginez pas ce village tranché à la hache

 

par une lame routière et rythmé par un trafic digne du

 

périphérique parisien.Dès que vous empruntez une rue pour


vous éloigner de l'axe principal, la commune vous livre ses

 

jardins : une campagne magnifique,  des bords de rivière

 

champêtres, et la mer à quelques kilomètres.

Il était une fois

Au Moyen Age la commune s'appelait "Ketvilla". A travers

 

les siècles elle est devenue Quettreville puis en 1926, le

 

nom de la rivière principale y est adossé pour donner…

 

Quettreville-sur-Sienne !


Plusieurs monuments intéressants sont à visiter. L'église

 

date du XIVème siècle et est classée aux Monuments

 

Historiques. A noter la présence de plusieurs moulins : le

 

moulin de la Sienne, actuellement situé sur le site d'une

 

minoterie, et le moulin de Sey, dont le superbe site est à

 

visiter.   

Vous avez dit "loisirs" ?


Pour les mélomanes, l'église accueille souvent des concerts.

 

Pour les marcheurs et les gourmets, la commune recèle de

 

nombreux chemins de randonnées et est traversée par la

 

route du Cidre.


 Les bords de Sienne aménagés sont des lieux de rêve pour

 

les pêcheurs. Les plus sportifs peuvent s'adonner au tennis

 

ou encore au canoë. A ne pas rater le moment fort de

 

l'année : la Sainte Anne.


 Il s'agit d'une fête patronale qui se déroule le dernier

 

dimanche de juillet (fête foraine, feu d'artifice, animations).

 


 

 

De grands personnages


Quettreville sur Sienne a abrité de fameux personnages.

 

Robert SURCOUF, corsaire malouin, a ainsi demeuré au

 

manoir de Surcouf.

 

Louis BEUVE, poète et amoureux du patois normand y

 

naquit en 1869 et y mourut en 1949.


Son portrait, peint par Auguste LECARPENTIER, est exposé

 

à la mairie.


Louis BEUVE, un poète patoisant

 

"Byin le bouonjou,


la coumpagnie Ma bouone dame et vous Maîte Louis;


Taunt qu'à mei, je vous armercie:


No sa hale tréjous de la veî !


Ch'est mei la vuule Catherène,


Et men petiot qué je vous amènne;


Sen pouore père feut tcheu vos geins,


Menous de boeufs, trente annaées de teimps."

 


(Louis BEUVE, le Viquet, Pâques 1991, N° 91)